08 mai 2008

Cap des trois ans ?

Aujourd'hui c'est notre anniversaire avec ma chérie...
Retour en arrière.
Il y a trois ans, j'étais en piteux état!
Mon papa venait de décéder d'un épouvantable cancer de la face qui l'avait défiguré, fait souffrir et emporté à 60 ans. Ma chérie de l'époque, avec laquelle j'étais pacsée et avec qui on venait d'acheter une petite maison, au lieu d'être là pour moi dans ce moment difficile, et bien elle a plutôt choisi de me tromper et de me quitter (comme ça le tableau était complet).
Donc, je résume, plus de papa, plus de chérie et puis plus de maison parce évidemment, je ne pouvais pas payer les traites toute seule.
Bon à ce moment là je me suis dit : ou bien tu déprimes et y a des chances que tu touches bien le fond, soit tu considères que rien ne peut t'arriver de pire et que tu es vivante.
Après quelques jours de chialerie (parce que, quand même), j'ai décidé que, puisque j'étais vivante, il fallait que je fasse des trucs d'humain vivant. Je n'avais aucune envie de voir mes amis, qui tous connaissaient mon ex, et donc étaient susceptibles de m'en parler, ce qui aurait eu pour conséquence une nouvelle crise de chialerie... Donc, je me suis dit qu'il fallait trouver de nouvelles personnes qui ne connaissaient pas mon histoire. Je me suis dit que j'avais plutôt envie de voir des lesbiennes. Je me suis dirigée vers les asso, mais malheureusement elles avaient commencé à péricliter, et puis celle de ma ville était animée par mon ex (c'est même là qu'elle avait trouvé sa pouf). Alors, je me suis dirigée vers le net... et je suis tombée sur gay vox!!!
Je me suis vite rendue compte qu'avec un peu d'humour et de conversation on pouvait parler avec plein de filles... et que je ne voyais plus mes journées passer (ce qui, pour moi était bien le principal).

J'ai vite raisonné en ces termes (à tort ou à raison) : puisque j'ai tout fait pour construire une vie bien sage et qu'elle s'est cassée la gueule, puisque j'ai perdu les êtres les plus chers, puisque j'ai toujours été sage et raisonnable (si, si! tout bien fait : les études, pas de conneries, pas de crise d'adolescence, bonne en sport, rentre à l'heure et tout et tout...!!!) et ben je vais pouvoir m'éclater en faisant n'importe quoi!
Donc, c'était parti pour gay vox : j'ai vite mis une photo pour augmenter mes chances, et puis après je me suis dit que ce serait encore mieux en maillot de bain, et puis qu'il fallait être honnête avec les femmes avec lesquelles je conversais : j'ai donc dit que je ne cherchais rien de sérieux. Et bien, vous ne croiriez jamais le nombre de nenettes qui sont intéressées par le cul. En fait, elles font style qu'elles cherchent l'amour (éducation des fifilles oblige) et puis elles crachent pas sur les aventures.

Bref j'ai multiplié les rencontres, ce qui remonte forcément le moral quand tu constates que tu plais ( et puis tu t'arranges pour que l'autre, celle qui t'a jeté, elle apprenne que tu plais beaucoup!). Et puis je suis tombée sur une fille hyper sexuelle et sympa avec laquelle j'ai passé quelques temps (allers retour sur Paris tous les wk).
J'en étais donc là, dans ma folle nouvelle vie de débauchée quand j'ai commencé à parler avec bulle d'image sur le net. J'ai tout de suite pigé qu'elle avait du répondant la nenette et qu'elle était pas conne du tout. On a parlé de temps en temps mais sans plus. J'ai compris que celle là je ne pouvais pas l'embobiner comme les autres. Et puis c''était pas vraiment sexuel, plutôt des dialogues subtils, une sorte de joute verbale.
On s'est même envoyé quelques sms (c'était tout nouveau pour moi car, je sais vous n'allez pas me croire, mais avant je n'avais pas de portable!). On a même failli se voir un jour que j'étais à Paris mais ça n'a pas pu se faire... Il y a eu au moins un coup de fil aussi parce que je me souviens m'être dit que cette fille elle avait une voix envoutante! Tu sais le style de voix grave... tu voudrais qu'elle te cause plus longtemps rien pour entendre encore un peu...
Et puis un jour, puisque c'était férié (tu suis?), l'occas s'est présentée. Je suis allée de l'autre côté de l'eau comme on dit chez nous (c'est-à-dire de l'autre coté de la Seine... faut donc prendre le pont de Normandie).
J'y allais plutôt par curiosité mais pas trop pour draguer, parce que j'avais bien compris que cette fille là, on n pouvait pas l'entourlouper facilement. J'étais surtout intriguée.
Je débarque donc à Caen, rendez vous sur un parking. Je descends la clope au bec, jean et blouson en cuir, peut être mêmel es lunettes de soleil noires. Je vois arriver une petite blonde qui m'avais prévenue que sa voiture était un "aspirateur à gonzesses"! (j'aurais du me méfier). Je monte dans sa caisse, que je trouve pas si aspirateur que ça, mais bon. Elle dit qu'elle m'emmène chez elle. Dans la voiture c'est un peu tendu, je me dis que c'est peut être parce qu'elle est déçue ou alors c'est normal, c'est comme ça quand on découvre, je ne peux pas être sûre.
Elle me conduit jusque dans sa super baraque en pierres et poutres 5 mètres sous plafond : je fais la fille pas impressionnée.
Et puis on parle, enfin surtout elle. Je me dis que cette fille elle a de la conversation. Elle est intelligente, elle a des passions (photo, voyages), elle a une vie riche... On parle pendant des heures en fait.
Pendant ce temps là ya mon amante de Paris qui m'envoie des sms jaloux (c'est fou comme les femmes arrivent à flairer les choses!).
J'analyse dans ma tête, je me dis que cette fille est très intéressante mais il est probable que je ne lui plaise pas. Je fais un test : sur le fauteuil pile en face d'elle, quand elle a la tête tournée, je remonte insensiblement mon tee shirt un peu au dessus de mon ventre histoire de lui montrer que je suis bien gaulée. Pas de réaction visible. Comme il n'y a aucun signe, je me dis que je ne lui plais pas... Et puis elleme dit qu'elle doit partir en wk avec des potes, qu'elle va partir bientôt. J'en déduis qu'elle me vire. Je me casse donc. Mais avant je lui demande ce qu'elle va dire à ses potes en les retrouvant à propos de moi.Elle répond : "je leur dirai que j'ai rencontré une fille intéressante et très jolie"... Là mon coeur fait un bond dans ma poitrine. "Je lui plais alors!".
Il faut se quitter, je retrouve dans ma voiture et je fais cette route que je parcourrai des dizaines de fois, mais ça je ne le sais pas encore. Pendant le trajet, je me sens troublée, vraiment bouleversée par cet après midi passée ensemble. Elle n'est vraiment pas comme les autres...
A tel point que je m'arrête sur une aire pour lui téléphoner (bah oui, faut pas téléphoner au volant, surtout dans cet état!). Je ne sais pas trop quoi dire : je balance la vérité. "Cette rencontre m'a troublée, je ne sais pas ce qui se passe mais il se passe un truc". Elle me répond que c'est pareil pour elle.
Les jours suivants, je me sens complètement perdue : j'étais bien dans ma nouvelle vie sans risques moi! Merde! Vià les emmerdes qui commencent.
Sans compter que la parisienne sent quelque chose... et que bulle d'image (à qui je n'ai pas menti) me somme de quitter la dite parisienne si je veux aller plus loin avec elle... Je trouve qu'elle est gonflée! Mais bon, comme il faut être honnête avec les femmes, c'est la moindre des choses, je dis la vérité à la parisienne. J'aime pas faire du mal... Les choses deviennent petit à petit plus claires dans ma tête : j'ai envie de revoir bulle. Donc je romps. Mais en même temps je me dis que je suis en train de m'engager dans un truc qui risque de me dépasser.
Et puis merde, il faut vivre! Faut écouter ses instincts, pas la raison. On verra bien.

noel_07_216_bis_redimensionner

Quelques jours plus tard, je reprends ma voitu
re  : fallait que j'aille à Caen de toutes façons puisque ma grand-mère organisait un vernissage de son expo de peinture. J'ai bien compris que ça allait être le grand soir d'après les conversations de plus en plus chaudes qu'on avait. Et comme je sortais du boulot pour aller voir l'expo de Mamy d'abord, je me dis que je vais pas être très fraîche après (ce qu'on peut être bizarres dans ces cas là), donc je débarque chez Mamy en lui disant qu'il faut que je prenne une douche!!! (pauv Mamy).

Bon, ce que j'ai su après c'est que la bulle, après son boulot, et avant de me rejoindre, elle est revenue chez elle pour se laver et changer ses sous-vêtements : alors EGALITE!

Je me sentais hyper bien à l'expo de Mamy, même si j'arrêtais pas de regarder ma montre. Les gens ont du me trouver très expansive ce soir là.

Après le vernissage je file en ville pour le rencard. En une semaine j'avais un peu oublié le visage de bulle et quand je l'ai vue j'ai été agréablement surprise. Je crois qu'elle n'a pas voulu m'emmener tout de suite chez elles façon je n'osais rien vu que la dame m'avait dit qu'il ne fallait pas lui sauter dessus, qu'elle aimait bien prendre son temps. Dans ma tête c'était clair : j'attendrai qu'elle fasse le premier pas. On s'est donc retrouvées autour d'une bière dans un café. Nous savions toutes les deux ce qui allait se passer mais nous n'osions rien, même pas nous prendre les mains qui se frôlaient sur la table (c'est-y pas mignon ça?). Je crois qu'on a pas du se dire grand chose de rare dans ce café.

Et puis elle a fini par m'emmener chez elle. Je restai fidèle à ma résolution, ce qui fait qu'il ne se passa rien pendant plusieurs heures à part une conversation charmante. Nous nous rapprochions l'une de l'autre, assises par terre sur le tapis, c'est tout. Je pense qu'au bout d'un moment elle a du en avoir marre et elle m'a embrassée légèrement sur la bouche avant de filer rapidement aux toilettes... J'ai compris que c'était parti!

Quand elle est revenue nous avons roulé vite fait sur sus dit tapis. Bon après je passe parce qu'il parait que ça se fait pas de raconter sa vie sexuelle avec sa femme. Disons que nous avons vécu une (non deux!) nuits d'amour exceptionnelles? et puis les journées aussi parce que je n'ai pas décollé de son lit du vendredi soir au dimanche après midi! Nous étions deux coquines en symbiose quoi!

Quand je suis revenue chez moi j'étais crevée, déconnectée et hagarde! Je dois dire que mes cours ces mois ci ne devaient pas être formidables, je n'en ai d'ailleurs aucun souvenir...

Rapidement nous avons décidé de passer l'été ensemble en Corse.

Rapidement nous sommes tombées amoureuses, comme des adolescentes.

Rapidement elle a dit : "toi! je vais t'épouser!".

Le truc qui me faisait super peur parce que, souvenez-vous, la précédente m'avait plantée.

D'ailleurs en parlant de celle là : pendant tout ce temps il a bien fallu que je vende la maison parce que l'ex, elle était partie me sommant de vendre rapidement car elle ne pouvait payer à la fois les traites et un loyer. Evidemment elle ne s'occupait de rien et je me demandais comment j'allais faire pour vendre une maison achetée six mois plus tôt (empruntée entièrement y compris les frais de notaire) sans perdre d'argent!

Heureusement l'immobilier montait en flèche et j'ai vendu en huit jours, réalisant même un petit bénéfice qu'elle empocha pour  moitié sans sourciller... Passons.

Ma petite bulle me donnait tous les bonheurs, même si je restais inquiète ne sachant si j'étais prête à m'engager aussi rapidement après tous ces échecs. Mais bon, on n'a qu'une vie et il ne faut pas rater les occasions d'être heureuse! (c'est ce que je me suis dit).

Restait la distance qui nous éloignait bulle et moi... Et puis un jour, en franchissant le pont de Normandie, je lui ai dit qu'elle était la femme de ma vie et on a décidé de vivre ensemble, chez elle.... Fin aout j'emménageais.

C'est comme ça que je me suis retrouvée à 106 km de mon boulot (pensant naïvement que j'allais vite muter). Ca fait trois ans que je fais la route, par amour.

Voilà, maintenant on est installées avec un chat et un chien (enfin, un Gaston et un  Gaspard), nos deux petits noirs à nous.

Je prie pour obtenir une mutation sympa pour la rentrée prochaine. J'ai fini par céder et nous nous sommes pacsees (faut dire qu'elle me disait trois fois par jour qu'elle allait m'épouser!).

Je me suis cassé le genou en passant ma ceinture noire de karaté (un an d'arrêt), surement un truc inconscient pour pouvoir faire les deuils que j'avais pas eu le temps de faire.

Alors il paraît que trois ans c'est un cap fatal pour les couples (c'est vrai que mes trois précédents n'ont pas survécu à la 4ème année) mais j'espère qu'on ira toute les deux au delà.

Bon anniversaire ma chérie.

C'est un message d'espoir pour toutes celles qui sont seules et qui désespèrent : on peut trouver la perle rare au moment même ou on ne s'y attend pas, et même dans les pires moments!

Courage les filles!

 

Posté par katasandan à 20:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Cap des trois ans ?

    A vot' santé, mesdames !
    Les 3 ans, c'est bon pour les hétéros, non ?

    Posté par Leïla, 09 mai 2008 à 21:33 | | Répondre
  • Contente d'être passée par ici.

    Une fois n'est pas coutume, j'ai réussi à lire un texte (relativement long par rapport à ce que je lis d'habitude) sans m'en rendre compte.

    Charmante histoire, comme on aimerait en lire plus souvent.

    Je vais prier (même si je ne suis pas croyante mais bon ça c'est un détail) pour que votre quatrième année ne soit pas la dernière. Longue vie à vous.

    De mon côté, je garde cette adresse sous le coude car je compte bien revenir (si si, c'est vrai)

    A la revoyure.

    (j'avais écrit un premier commentaire similaire mais je crois qu'il est passé à la trappe donc je réitère - peuvent pas le dire plus tôt que l'adresse mail est obligatoire?!?)

    Posté par Lesb-diary, 29 mai 2008 à 21:36 | | Répondre
Nouveau commentaire