partage lesbien

16 octobre 2008

Le monde comme il va...

jetCoucou,
après encore une longue absence, me revoilou sur la toile (faut dire que je ne suis pas comme ma femme, qui passe le plus clair de son temps face à son ordi... message personnel).
Ces derniers temps, j'ai pas mal écouté les infos... Moi, ce que j'en dis, c'est pas très original ok, c'est que le monde marche sur la tête et ya personne qui réagit.
Bon alors, je résume : la finance mondiale se casse la gueule : normal, depuis le temps qu'ils misent sur du vent, fallait quand même un peu s'en douter non? Sarko, grand défenseur de l'ordre moral devant l'Eternel, part en guerre contre les méchants financiers qui ruinent les petits épargnants... On se fout de qui là? Ce sont ses potes qui se barrent avec les parachutes dorés et qui atterrissent dans les paradis fiscaux avec l'argent de nos fonds de retraite! Il distribue l'argent public pour sauver un système qu'on sait ne pas être viable! Pendant ce temps là, les retraités deviennent encore plus pauvres, et je ne vous parle pas des futurs retraités qui ne verront pas la queue d'un euro... L'argent sortis des caisses de l'Etat, comme par magie, pourrait permettre de mettre un terme à la faim dans le monde qui touche un milliard de personnes, mais non, ce serait trop simple, vaut mieux sauver la bourse, pour qu'ils recommencent leurs conneries bien tranquillement.
Vous croyez vraiment que Sarko va mettre un terme aux paradis fiscaux alors que toute sa clique y a placé son pécule dans des sociétés fictives pour échapper aux impôts (en baisse grâce au paquet fiscal mais encore trop élévés sûrement)?
Mais c'est pas grave, parce que pendant que la France va crouler sous le chômage, l'augmentation des prix (bah voui, ce sera facile de faire passer la pillule vu que c'est la CRISE!)... lui, le petit bonhomme en mousse, il se paie un super navion hypra cher pour bien montrer qu'il a une plus grosse quequette que le président americain (même si le prochain est noir!). Lalalere c'est moi qui ai la plus grosse!!!!
Et puis on s'offusque parce que la Marseillaise est sifflée. Commençons déjà par en changer les paroles (il devrait être interdit cet hymne sanguinaire). Et puis d'abord on va évacuer tous ces mals intégrés du stade de France. T'as raison Sarko : si tu crois que 50 000 furieux vont se laisser lourder sans faire d'émeute! Commence déjà par sortir le fric promis pour les banlieues. Mais non, je suis bête, y'en a plus du fric pour les quartiers, pour l'éducation... faut sauver les banques.
Moi je dis que si tu taxais toutes les transactions boursières tu pourrais sauver bien des choses plus importantes à mes yeux que le système financier.
Mais personne ne réagit face à toutes ces inepties. Sarko arrive presque à nous faire croire qu'il est de gauche, qu'il va faire son possible... mais bon, va falloir se serrer la ceinture. Vous allez voir que ça va passer! Bien sûr faudra diminuer les dépenses de l'Etat : l'enseignement, la santé, les retraites, la culture, l'environnement. On va serrer les budgets, mais c'est pour la bonne cause!
Jusqu'à quand les gens vont-ils courber l'échine? se laisser hypnotiser? faire des économies sur tout pour joindre les deux bouts?
Bon j'arrête, je sens que je m'énerve, c'est pas bon pour moi.

Posté par katasandan à 18:59 - Commentaires [6] - Permalien [#]


21 septembre 2008

Ma femme a 40 ans!

Dans quelques jours Bulle va passer la barre fatidique, celle tant redoutée de la moitié théorique de la vie.
Ben moi j'vous l'dis, c'est pas une sinécure parce que la Bulle (vous la connaissez), elle y va pas avec le dos de la cuillère, elle y va plutôt direct avec son syndrôme d'angoisse généralisé... ce qui fait,  au final, un joli florilège d'inquiétudes, remords, angoisses, questionnements en tous genres!!! Ma femme, elle ne fait jamais les choses à moitié.
Si vous aussi, vous passez bientôt dans la 4ème dizaine, je ne vous conseille pas de lire ce qui suit, cela pourrait vous donner des idées, voire des cauchemars...

L'angoisse de la quarantaine, je ne sais pas trop car je n'y suis pas encore et je ne suis pas vraiment affectée par ce genre de préoccupation, ça doit commencer par un cri : "bordel, je vieillis, ça y est, j'ai passé la date de péremption". En tous cas les cris de Bulle le matin sont de plus en plus fréquents. Je me dois donc de répondre (sans hésiter surtout, c'est très important) aux questions du style : "tu trouves pas que j'ai une sale tête? J'ai grossi? je fais grosse dans ces fringues?". Surtout, lectrice, un bon conseil : lorsque ta femme te demande quelque chose le matin, tu réponds :"NON!" aussitôt et sans réfléchir, sur un ton très convaincu. Note bien qu'elle te demande mais se fiche complètement de la réponse puisqu'elle continue à croire qu'elle a une sale tête, que ses fringues ne lui vont pas (plutôt que son corps fait moche dedans), qu'elle a vraiment l'air d'une grosse vache... Elle te fait comprendre que ton jugement n'a aucune valeur, que tu n'y connais rien. Mais ne t'avises pas, surtout pas d'émettre la moindre petite nuance : "c'est vrai que tu n'as bonne mine aujourd'hui", "Si tu te sens mal, tu pourrais perdre un ou deux kilos" ou bien tu pourrais bien recevoir les foudres ou bien décupler la crise.

Ma femme elle pense qu'elle ne pourrait plus plaire à personne "je suis plus bonne à rien sur le marché de la gouine, je ne pourrais plus emballer personne" (oui elle parle comme ça). Remarque qu'elle n'est pas prête d'y revenir sur le marché de la gouine, parce que je compte bien la garder (et j'espère pas qu'elle va tenter l'expérience). Alors elle se jette comme le cocker sur la baballe au vol sur tout un tas de cosmétiques (crèmes anti-tout, maquillage, que sais-je encore? j'y connais rien, soyons claires). Elle fonce s'acheter des fringues ("tu comprends, j'ai perdu du poids, je vais pouvoir changer de style"). Note bien, lectrice, que la Bulle fait du shopping à la moindre contrariété (c'est-à-dire presque tous les jours), alors avec l'anniversaire qui approche... les occasions ne manquent pas contrairement aux euros sur le compte en banque.

Ma femme, elle a du lire que le sport et les légumes font vivre plus longtemps... je ne vois que ça. Parce qu'avant, tu pouvais toujours y aller avec la gentillesse, les supplications ou même le tracto-pelle, jamais tu n'aurais pu l'emmener faire le moindre exercice. Elle préférait digérer lentement son steak saignant dans son canapé (de préférence avec un plaid, un film et un petit dessert au chocolat voire une bière). Mais depuis quelque temps elle s'est inscrite dans un club de sport, certes, elle souffre (tu penses : aucun exercice depuis 20 ans, même pas pour aller chercher le pain!), mais elle se réconforte avec des fruits au fromage blanc 0%. La bière a disparu du frigo (mais pas le petit verre de vin parce que "faut pas déconner") et tous les jours c'est brocolis-carottes. Quelqu'un a changé ma femme et je reconnais plus mon frigo. C'est le chat qu'est pas à la fête : il peut plus voler dans la poële, faut dire que les pommes et les carottes le laissent de marbre.

Le deuxième effet kiss cool de la crise de la quarantaine c'est quand tu te dis que tu as certainement déjà passé la moitié, alors tu te mets à penser à ce que tu as fait, surtout pas fait, et ce que tu voudrais faire avant la fin.

Chez Bulle cela prend la forme suivante  :

1- "J'ai pas une famille normale, mes parents sont complètement flingués (voir le post qu'elle a écrit sur eux MDR), il faudrait les mettre sous tutelle pour qu'ils arrêtent de me faire chier" (là j'ai rien à dire, c'est vrai)

2- J'aime pas mon boulot. Je devrais passer un CAP photo ou faire fleuriste (là elle oublie juste un peu son train de vie, ça risque d'être un peu dur avec le smic)

3- Je voudrais vivre avec une meute de chiens (oui mai chérie, c'est vrai que ça ne ferait aucun dégât dans ta sublime maison-nikelle-briquée-chaque jour).

4- "Je veux voyager, faire le tour du monde, m'installer à l'étranger "(là elle oublie juste que ça risque d'être un peu dur avec une meute de chiens, surtout quand on pense que sa mère ne veut même plus nous garder le cocker pour un wk, elle oublie aussi que faire le tour du monde avec un smic du CAP photo ça risque faire un peu juste, elle oublie qu'on passe notre temps à voyager voir le post sur la typhoïde).

5- "JE veux vivre dans le sud, je vais pas finir ma vie ici, c'est juste pas possible, je vais mourir" (elle oublie qu'elle ne peut pas passer une journée sans sa mère et que j'ai grillé tous mes points de mutation pour faire juste 110 bornes et qu'il me faudra 10 ans pour les récupérer, sans compter la difficulté des mutations dans les universités, mais je suis bête, c'est vrai qu'elle sera fleuriste-photographe!).

6- Elle me sors, au milieu d'une soirée (parce que, je ne sais pas pourquoi, mais c'est au cours des soirées que tu apprends les pensées secrètes de Bulle, peut-être à cause de l'alcool : "je voudrais adopter un enfant!". Là, lectrice, tu devrais tomber de haut comme moi (mais tu ne la connais peut-être pas encore). Parce que Bulle, elle supporte pas les chiards : elle trouve que ça braille, que c'est encombrant, pénible... Elle prend toujours soin d'étendre sa serviette loin de tout moins de 18 ans sur une plage, limite si elle hésite pas quand on est invitées dans une soirée avec des mômes. Alors j'ai bien du mal à l'imaginer se lever la nuit, dire adieu à ses célèbres siestes(qui ont fait sa réputation), se trimballer avec tout l'attirail (plus le cocker voire la meute) chez les potes, gérer une crise d'adolescence rebelle, accepter sans sourciller que son môme aille coucher chez un copain, qu'il parte en vacances sans elle... Sans compter que tu peux difficilement emmener un braillard au pays de la typhoïde, et encore moins le confier à son père.

La crise de la quarantaine finalement c'est juste une deuxième crise d'adolescence : tu veux tout et son contraire, tu te cherches, faut juste attendre que ça passe. Ce qui rassure, c'est qu'elle ne doute jamais de sa sexualité ni de mon amour pour elle.

Moi j'ai juste envie de dire : "je t'aime ma chérie, comme tu es avec tes 40 ans splendides, tes siestes, nos siestes,  toutes tes angoisses aussi (oui, oui), on fera ce que tu voudras, je veux juste que tu sois heureuse!

Posté par katasandan à 13:14 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

15 septembre 2008

La France à genoux devant Sarko et debout pour accueillir le pape!!! Pffff

Coucou les lectrices (si il m'en reste, à force de ne pas être très fidèle, je vais finir par lasser tout le monde!). M'enfin, je pense, à tort ou à raison, que je n'ai pas toujours quelques chose d'intéressant à dire. Mais comme ce week-end j'ai vu que le pape venait chez nous pour dire encore plus de conneries que moi, je me dis que ce ne sera pas pire (la papamobile en moins bien sûr!).
Donc notre bon Benoît s'est rendu en terre Sarkosyste afin de prêcher la bonne parole, en évitant les sujets qui fâchent pour ne pas trop froisser le pélerin qui a tendance à se faire rare de nos jours (forcément, depuis la théorie du big bang, les culs bénis ont du soucis à se faire!).
Paraît qu'il aurait prévenu Sarko de ne pas trop en faire, rapport à son image papale. Plus papiste que le pape, le nain en a quand même rajouté une louche sur la laïcité je-sais-pas quoi (ouverte? éclairée?), le truc qui dit qu'on doit consulter les instances religieuses quand on fait des lois. Remarque, ils ont raison de demander leur avis à des mecs qui pratiquent la mysoginie quotidiennement (je rapelle que les femmes catho n'officient pas la messe, les soeurs font voeux de pauvreté mais pas les prêtres...), qui ne connaissent rien à la vie à deux, la vie de famille, à l'entreprise.... Mais bon, paraît qu'ils sont super doués pour donner des conseils. C'est vrai ça, je devrais les inviter dans mes cours pour qu'ils disent aux gamins qu'il faut arrêter le préso parce que le mieux c'est l'abstinence avant le mariage ou bien garder les gosses (comme la fille de la colistière de Mac Cain qui se retrouve mariée et mère de famille à 17 piges)!
Et puis le Sarko, il fait bien de jouer le bon chrétien bien sous tous rapport avec ses trois mariages, sa nouvelle femme qui a couché à gauche et à droite (au sens propre et figuré), sa ministre de la justice fille-mère-ménopausée... c'est du plus bel effet.
Enfin peut être que notre président compte sur l'Opus Dei pour mettre au pas tous les pauvres dont il ne sait que faire et pour convertir les Talibans qui lui tuent ses petits pions envoyé au feu.Et puis c'est vrai qu'avec la messe en latin on pourra hypnotiser le péquin de base, c'est comme TF1, une fois abruti, on peut tout faire passer, même le paquet fiscal et les vacances sur un yacht!
Bref, si seulement Lourdes pouvait avoir fait un miracle : que la France lâche Sarko et que la gauche se remette debout!

Posté par katasandan à 18:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

02 septembre 2008

Pffffffffff c'est la rentrée...

0ALQCAO7CSTICAA2YZNTCAQCCFV4CA6ZQLBDCA8EU2IACAQK0UB6CAFHRVU5CAGC6PIGCA08E2ESCA974C9VCASOMVCLCAEH4MJ4CA7WPE1SCAOPMTZLCA3YVN9UCAQI21DHCA1XV48SCAW6NCC7CANR3IQ1Bon bah voilà, on y est, nouvelle rentrée, nouveau poste, nouveau collègues, nouveaux élèves....

Cela n'aura échappé à personne : aujourd'hui c'est la rentrée scolaire, avec moins de postes, autant de gamins, moins de moyens et toujours plus de résultats attendus.

Dans ce contexte morose, je suis loin de me plaindre. En effet, plus que 25 mn de bagnole pour aller au taf au lieu d'1h 15 (autant dire que je ne vois pas le temps passer, par contre, je ne peux plus suivre les programmes de France inter et France culture). Même plus le temps de dire ouf, même plus le prétexte de dire à ma femme que j'ai pas le temps de faire les courses, même plus le droit de me plaindre d'être fatiguée.

Bref, je découvre un collège bien tenu, des collègues souriants, heureux d'être là, enthousiastes, plein de projets... une sorte de rêve. Au bout de 2 jours même la secrétaire connaissait mon prénom. La principale a l'air compétente et sympa, le CPE aussi. J'hallucine carrément.

Les gamins ont l'air bien aussi (bon évidemment je n'ai vu que des petits sixièmes somme toute très impressionnés pour la rentrée au collège).

Finie la sonnerie hurlante qui vous arrache l'oreille, ici on l'a remplacée par un morceau de musique de 30 seconde : aujourd'hui c'était Ayo, ça change tous les jours (il fallait juste y penser).

Je vous raconterai donc la suite de "ma vie au collège de tes rêves", une affaire à suivre...

Pour le moment ça me change d'un collège mal tenu avec des gnômes qui courent partout. Pour vous donner un ordre d'idée, mes anciens collègues me racontent que la principale (du collège où je bossais avant)avait fait les emplois du temps le 29 août, mettant des cours le samedi après-midi, oubliant de mettre du latin aux latinistes... Cette année j'ai eu mon emploi du temps de rêve le 10 juillet (non je vous le donne pas, ça va vous écoeurer!).

Je pense que les enseignants ne font pas du tout le même métier selon qu'ils sont dans un établissement ou un autre.

Posté par katasandan à 18:17 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

Par contre faut changer l'hymne

Toujours à propos des J.O. (d'accord, avec un peu de retard dans ce monde où tout est super essentiel sur le moment puis complétement oublié et périmé le lendemain!), je suis bien contente qu'on n'obtienne pas trop de médailles d'or, parce que, franchement, la Marseillaise!!!! Je ne supporte pas. Comment est-ce qu'on peut encore crier à tue-tête des paroles pareilles???? Comment est-ce qu'un tel texte peut nous rendre fiers de représenter notre pays??? C'est violent, sanguinaire, guerrier, sexiste et j'en passe. C'est franchement la honte. Par curiosité, j'aimerais qu'on me traduise les paroles des autres hymnes nationaux... parce que je vois des sportifs qui on l'air bien plus enthousiastes que les notres à scander les refrains. De là à penser qu'on ne finit pas premiers exprès pour ne pas avoir à annoner la fameuse Marseillaise!!!

Alors? à quand la réforme de l'hymne???

Posté par katasandan à 17:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


25 août 2008

Merci les J.O.

Bon c'est sûr on n'étaient pas trop pour que le CIO file les jeux aux Chinois rapport à toute la merde des droits de l'homme, sans parler des pauv Tibétains... Et puis not' bon Sarko qui a encore fait son champion du monde de la connerie : un pas en avant, un pas en arrière. Si il croit qu'il va pouvoir gagner de la crédibilité ou réussir à leur revendre une centrale nucléaire comme ça! Bref. Le problème c'est que le sport est quand même une grande partie de ma vie. J'ai pratiqué l'athlétisme à haut niveau pendant près de 10 ans, je suis ceinture noire de karaté... Hormis cette période fatale du genou pété, j'ai toujours pratiqué quasi quotidiennement. Alors une fois que la cérémonie d'ouverture (sublime au demeurant) fut lancée, je n'ai pas réussi à décoller(au grand dam de ma compagne!). Quel autre évènement permet à tous les continents de se rencontrer? C'est quand même magique quand on y pense. Pendant quinze jours on voit autant de noirs que de blancs à la télé. Les femmes sont autant fêtées que les hommes. Les goudous aussi : les commentateurs encensent l'équipe de France de Hand, ils les trouvent belles, formidables, et nous aussi!!!

images_9_Merci les J.O., merci de nous montrer des corps de femmes qui ressemblent au mien. Des corps musclés, des poitrines plates, des hanches étroites, des épaules carrées. Merci, parce qu'une fois tout les quatre ans je me sens moins seule. Merci de nous montrer que l'esprit de compétition, l'ôpiniatreté, le goût de l'effort peuvent aussi être des valeurs féminines.

Merci de montrer des femmes qui se battent, qui s'arrachent dans les sport de combat : c'est beau.

Dommage que dès la rentrée on retrouve uniquement du foot masculin, les nunuches de secret story et les défilés d'anorexiques sur nos antennes!

Posté par katasandan à 19:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

24 août 2008

katasandan le retour

Finies les vacances!!! Snif, c'était quand même bien toutes ces journées au soleil en amoureuses. De retour dans notre Normandie pluvieuse, en route pour de nouvelles aventures, un nouveau poste, de nouvelles activités, de nouveaux collègues, de nouvelles rencontres...

Après une remise en forme rapide : vélo et kiné (rapport au genou toujours en mauvais état), quelques travaux pour embellir notre nid d'amour, je reviens sur le blog...

Je commence par un post sur mes lectures puisque j'ai vraiment passé beaucoup de temps à lire cet été. Ce n'est peut être pas original, mais je voulais dire mon enthousiasme après avoir littéralement dévoré les trois tomes de Millénium.  J'ai A-DO-RE!!!!!!!! Je crois n'avoir jamais lu de romans policiers de cette trempe, JAMAIS. De quoi regretter le déces prématuré de l'auteur qui avait prévu une dizaine de tomes!

tome_1

  Outre l'intrigue, vraiment bien ficelée et haletante à souhait, je me suis régalée du talent de l'auteur à faire vivre des personnages tout en relief, hauts en couleurs, originaux, pleins de contradictions.

Évidemment, ma préférence va à l'héroïne hors normes, tellement associale et pourtant si attachante. Un petit bout de femme comme on les aime, qui pourrait bien faire partie de notre communauté... Bisexuelle dans le roman, elle appartient au genre de femmes que j'aimerais connaître : pleine d'énergie et de talent, intelligente et misanthrope, solitaire et couillue. Une femme qui n'entre pas dans les cadres donnés habituellement par notre société au sexe faible. Celle-ci est n'a rien d'une victime (même si elle l'est effectivement), elle n'est ni une épouse, ni une amante modèle, encore moins une mère accomplie, non, elle est elle-même tout simplement, en dépit de tout et de tous, en dépit du système qui s'acharne contre elle. Elle picole trop, elle fume comme un sapeur mais qu'est-ce qu'on l'aime! Je ne sais pas pourquoi mais c'est un peu comme elle que j'imagine Dwe (mille excuse à dwe si cette image ne colle pas à la réalité, mais je l'envisage comme un compliment).

tome_2

D'ailleurs, aucun de personnages de Larsson ne suit les sentiers battus. Il n'y a qu'à voir la relation qu'entretient le héros avec son amante de toujours : elle est mariée (mais pas lui), le mari est au courant et trouve un équilibre dans ce couple qui ne passe pas toutes ses nuits ensemble. C'est un véritable plaidoyer contre le conformisme.

Enfin un auteur qui ose, qui invente. Je me réjouis du succès mondial d'une telle trilogie car il est pour moi un digne représentant du féminisme.

J'ai aussi adoré les petites notes entre les chapitres qui nous expliquent les maltraitances faites aux femmes, la véritable histoire étouffée des femmes guerrières amazones.

tome_3

Donc je vous recommande vivement, chaleureusement la lecture des ces centaines de pages!

Si certaines d'entre vous ont lu l'ensemble je suis preneuse de vos avis!

Kat, de retour...

Posté par katasandan à 16:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

08 juillet 2008

Avant les vacances

A la demande générale (surtout de Leïla!), je me lance... Je publie un post avant mon départ en grandes vacances avec toute la famille dans la Yaris (oui, on verra si c'est possible).
Donc, avant le grand départ et pour vous donner au moins une idée de lecture, je vous propose un bouquin:

Antoine BELLO, Les Falsificateurs.

falsificateurs

Voilà ce que nous livre la quatrième de couverture :

C'est l'histoire d'une organisation secrète internationale, le CFR (Consortium de Falsification du Réel), qui falsifie la réalité mais dont personne ne connaît les motivations. C'est l'histoire de quelques-unes des plus grandes supercheries de notre époque : de Laïka, la première chienne dans l'espace, qui n'a jamais existé ; de Christophe Colomb qui n'a pas découvert l'Amérique ; des fausses archives de la Stasi. C'est l'histoire d'un jeune homme, embauché par le CFR, qui veut comprendre pourquoi et pour qui il travaille. C'est l'histoire d'une bande d'amis qui veulent réussir leur vie, sans trop savoir ce que cela veut dire. C'est, d'une certaine façon, l'histoire de notre siècle.

Un livre très ambitieux mais aussi très réussi.
En réalité je suis en train de le lire, de le dévorer plutôt. Je ne l'ai pas encore fini. Je me délecte, pourtant, je suis très difficile.
Ce n'est pas un de ces bouquins à la Dan Brown, qui n'ont pas les moyens de leurs ambitions, tapageurs et sans fond, plein de grosses ficelles (pardon aux fans de Brown). Non, c'est un roman, un vrai, comme on les aime, qui se pose les questions de l'ambition personnelle, du rapport à la hiérarchie, de la place de l'homme dans le monde. C'est un roman du rapport au réel et à la fiction. C'est un roman qui repense l'ambiguïté des idées "humanistes". C'est un roman qui cherche avant tout à nous dire que nous faisons partie d'un système, chacun à notre échelle, que l'esprit individualiste, que la vie pour soi n'existe pas en dehors de ce système. C'est un livre qui invite à se questionner et ce n'est pas si courant!!!    

Posté par katasandan à 20:39 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

25 juin 2008

Gay pride Paris

Bulle d'image et moi-même nous rendons à la capitale ce week-end  pour la grande fête annuelle. Si certaines d'entre vous veulent prendre un verre avec nous, nous en serions ravies. Vous pouvez nous laisser un message sur katasandan@live.fr
A bientôt.

Posté par katasandan à 11:39 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

Coming out

Puisqu'un site internet m'a contactée pour parler du coming out à quelques jours de la gay pride, je me suis exécutée et je vous livre ici l'article que j'ai écrit :

Le fameux coming out : LE passage obligé et tant redouté de tous les gays et lesbiennes de la Terre! La preuve : il y un mois, je me trouvais à déguster quelques belles brochettes sous notre timide soleil de Normandie en compagnie de quelques nouveaux amis gays ; et de quoi parlent des gays qui se connaissent à peine??? Je vous le donne en mille... de leur coming out bien sûr! L'occasion de s'apercevoir qu'il en existe des tragiques, des douloureux, des surprenants, des drôles, des incompris (qu'il faudra répéter un bon nombre de fois à sa famille avant que tout soit intégré)... Chaque personne à le sien propre, dans tous les cas c'est un moment inoubliable, qui se prépare souvent longtemps à l'avance. Bah oui! on n'annonce pas, comme ça, à l'improviste, à pôpa et môman qu'on fricote avec le même sexe...

Je vais donc vous raconter le mien. Je crois que je devais avoir 23 ou 24 ans. Je venais de comprendre que rien n'y ferait, que je ne pourrai rien y changer, j'étais lesbienne. Mais j'hésitais à l'annoncer à mes parents, surtout à ma mère puisqu'elle était plongée dans une dépression à cause de ma soeur qui entretenait une relation avec homme de 25 ans son aîné et père de trois enfants. Quand ta mère déprime déjà pour ça, avoue que t'hésites à lâcher le morceau. Je me trouvais à l'hôpital pour une opération bénigne aux côtés de mon amie de l'époque. Ma mère arrive pour me ramener chez moi, mon amie s'éclipse discrètement. Mais on ne trompe pas l'oeil d'une mère... Dans la voiture elle me dit que cette "femme" me regardait bizarre. Elle me demande si elle est pas homo. Je réponds que oui. "ça m'étonne pas", qu'elle dit, "et toi? tu ne l'es pas!". Je réponds que si. Après j'ai un trou. Je me souviens simplement de ma mère et moi dans la cuisine. Elle qui pleure, qui devient hystérique, qui dit que c'est certainement cette femme qui ma pervertie. (Si tu savais, maman, je suis lesbienne depuis mes 16 ans, j'ai même couché avec ma prof de bio au lycée... alors mon amie n'y est vraiment pour rien. Evidemment, je ne lui dis pas ça). Et qu'elle me lâche tous les poncifs habituels : "qu'est-ce que j'ai fait pour ça? Qu'est-ce qu'on a loupé dans ton éducation? Ca va passer. Faut aller voir un psy. Qu'est-ce que je vais dire aux voisins et aux amis? Tu vas être malheureuse... Je crois que j'ai eu le droit à tout. J'ai bien essayé d'argumenter : ce n'est pas un choix, si j'avais du en faire un, j'en aurais fait un plus facile! Il m'a fallu des années pour l'admettre et l'asssumer donc je ne m'attends pas à ce que les autres l'acceptent en cinq minutes. Je crois que je peux être heureuse... Mais essayer de la rassurer ne servait à rien car elle était hystérique. Elle a fini par dire qu'elle ne voudrait jamais rencontrer mon amie.

J'étais forcément complétement secouée mais aussi un peu soulagée car c'était fait.

Une heure ou deux après, mon père m'appelle au téléphone :

- " C'est vrai ce que tu as dit à ta mère?"

( - bah non, c'était juste pour me marrer et voir votre tête!)

Il poursuit :

- " Je suis revenu en catastrophe du travail, elle est dans un tel état que je me demande si je ne dois pas l'emmener à l'hôpital"

- " J'en suis désolée, mais c'est pas la peine de me culpabiliser, parce que c'est pas facile pour moi non plus".

- " Est-ce que je pourrais te voir seul? Disons demain dans un café".

Là lecteur, il faut que tu comprennes que mon père ne m'avait jamais parlé seul et qu'il n'avait jamais mis les pieds dans un café, d'où ma stupéfaction et le trouillomètre à zéro.

C'est donc la peur au ventre que je me rends au café le lendemain.

Après s'être assuré que ce que j'avais annoncé était définitif, mon père a prononcé ces paroles incroyables qui résonnent encore dans ma tête :

- " Il va me falloir un petit peu de temps pour le digérer mais je voulais te dire que, contrairement à ta mère, je veux rencontrer ton amie".

Je suis restée sur le cul. Mon père, dans sa relation osmotique avec ma mère, n'avait jamais émis un avis différent. J'ai respiré, j'ai souris, j'ai su que mon père m'aimait.

Peut être quinze jours plus tard, mon père m'aidait à emménager chez mon amie. A la fin du déménagement, il a pris le téléphone, a appelé ma mère et lui a proposé de se joindre à nous pour prendre un verre. Elle est venue.

Ma mère a mis du temps à tout digérer, elle n'a jamais aimé cette amie. Mais le temps passant, elle a fait d'énormes progrès. Elle en a parlé à ses amis qui n'ont jamais fait de réflexion. Sa meilleure amie a estimé que j'étais une femme courageuse. Elle a répondu à ses voisins qui demandaient si j'allais me marier qu'on n'était pas obligé de se marier pour être heureux. Elle est venue à mes deux pacs.

Papa est mort depuis. Maman n'a jamais rien su de notre petite conversation.

Depuis j'ai tout lâché à mon boulot : mes collègues, mon chef d'établissement, tout le monde connait ma situation. Je n'ai jamais eu de réflexion désagréable.

J'ai monté une association lesbienne dans ma ville avec mon amie, afin de favoriser l'écoute, le dialogue, la diffusion de la culture chez les lesbiennes. J'ai fait partie de l'association nationale lesbienne.

Je suis tout ce qu'il y a de plus visible et je n'ai jamais eu aucun problème ( à part deux fois des insultes dans la rue). Mais je n'irai pas jusqu'à dire que j'ai une vie comme celle de mes comparses hétérosexuels... D'abord parce que je vis dans un monde entièrement hétéronormé qui ne me propose aucune autre référence (tous les films, les series, les livres sont hétéro), parce que personne ne me demande au travail comment va ma compagne alors qu'on demande aux autres comment vont maris et enfants (par exemple), parce que ma compagne n'aura jamais la même importance dans ma famille que mon beau-frère, parce qu'à la gay pride de Caen des gamins d'une cité nous ont jeté des pierres,  parce que je ne peux ni épouser, ni adopter...

Et puis j'ai eu de la chance, tout le monde n'en a pas. Je viens d'un milieu de classe moyenne, j'ai fait des études, je travaille dans l'éducation nationale. Je ne vis pas dans une cité, je ne suis pas d'origine étrangère ou de confession musulmane, je vis dans un pays ouvert...

Pour résumer : être homo n'est pas un choix, c'est un fait. J'ai eu de la chance dans ma vie alors j'assume : plus on sera nombreux à être visibles et plus nous aurons de chance de faire avancer les choses dans la société, au travail, dans la vie quotidienne pour ceux et celles qui n'ont pas autant de chance.

Posté par katasandan à 11:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]